Sabine nous raconte son voyage en Tunisie – Partie 3

On m’avait parlé de l’oasis Ksar Ghilane. C’est un endroit pour les touristes, épuisés par un trek dans le désert.

On peut se baigner dans une eau chaude et relaxante dans un décor digne de films. Les palmiers nous protègent quelques peu du soleil. Et le silence environnant est un bonheur pour les gens stressés par le quotidien. J’ai vu des chotts. Ce sont des grandes étendues d’eau, salée, remplies de mystères. A vrai dire, je m’attendais à être assoiffée, à avoir des hallucinations comme dans Tintin et l’or noir. Mais rien. Ces chotts sont des lieux où certains promeneurs ont déjà eu des mirages, le fameux mirage où on croit voir un oasis et en s’approchant, ce mirage disparait laissant une dune de sable aride.

J’ai fait un petit tour aussi dans le massif de l’Atlas. Je me sentais moins seule. Des petits villages parcourent cette chaîne montagneuse. Elle s’étend sur l’Algérie et aussi sur le Maroc. J’ai pu m’arrêter dans un village où deux restaurateurs, un couple, m’ont ouvert leurs portes. Qui aurait cru qu’un restaurant se trouvait ici, perdu dans les montagnes?

Après un tel séjour sans me laver, sans avoir de nouvelles du monde extérieur, j’ai décidé de revenir vers la civilisation. J’avais presque honte de ressentir cela. Après tout, tous les gens que j’ai rencontrés dans cette région étaient heureux. Ils avaient une autre façon de vivre, de se laver et de manger. J’ai été enchantée par cette découverte.


J’avais peur d’être perdue en Tunisie à cause de la langue. Mais, au fil de mon voyage, j’ai découvert que nombreux tunisiens parler le français ou quelques mots. Je suis partie à Tunis. Tunis est une station balnéaire très appréciée. Je crois que je suis allée dans cette ville car j’avais un peu le mal du pays. Mais c’est une ville très riche culturellement. J’ai visité la mosquée de Zitouna, dans la Médina. Elle me rappelle celle de Cordoue. Ses colonnes et ses ornements orientaux m’ont subjugués. Puis, je suis allée dans les souks. Là encore, j’ai aimé le côté accueillant des tunisiens. Les couleurs vives sont attirantes. Je ne savais plus où donner de la tête ou plutôt où sentir. Ces épices et ces parfums me chatouillaient agréablement les narines. D’ailleurs, Tunis est connu pour son marché aux parfumeurs.

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *