Sabine nous raconte son voyage en Tunisie – Partie 1

Aujourd’hui on a la chance d’accueillir le témoignage de Sabine, une montpelliéraine sur la Tunisie:

Je suis montpelliéraine. J’aime la Méditerranée mais je n’en profite pas toujours. Les touristes assaillent les plages et je ne peux pas me baigner. Alors, au printemps, je suis partie en Tunisie. Pourquoi ce pays? Pour un tas de raisons.

Le climat tout d’abord. Il me rappelle mon sud français, en plus chaud bien sûr. Le climat est si différent selon les régions. Il peut neiger dans les montagnes et faire une chaleur caniculaire en été. D’ailleurs, on m’avait déconseillé cette saison. J’avais le choix entre le printemps et les mois d’octobre et de novembre. Je n’ai pas eu besoin de faire de vaccins avant de partir!

J’ai commencé pour voyage par une escapade dans le désert. C’était un rêve de petite fille. Je voulais goûter à cette aventure si particulière et si typique de ce pays. C’était pour moi une façon de me plonger dans ce merveilleux pays. J’ai pu aller faire un petit tour dans le désert du Sahara. Je suis partie de Sabria, un village au sud de la Tunisie. Là-bas, j’ai rencontré des guides qui proposaient des balades en chameaux! C’était si nouveau pour moi. Par chance, le guide parlait quelques mots de français et avec mes quelques mots d’anglais, nous nous sommes compris. J’ai appris que les chameliers étaient très recherchés par les agences de voyages et les touristes. Ce sont des guides incroyables, qui connaissent le désert sur le bout des doigts. J’ai été surprise par la jeunesse de certains guides. En fait, c’étaient eux-mêmes des fils de chameliers. Ce métier est donc un savoir-faire qui se transmet de générations en générations. Avant de partir, mon guide m’a demandé combien de temps je comptais rester dans le désert. Il me proposa d’y rester quinze jours! Oh non! Trois jours me suffiront et m’ont suffit! La chaleur était étouffante. Mais le spectacle est splendide. J’étais comme seule dans cette immensité de sable. Le silence est même gênant et angoissant. Heureusement que mon guide était là. Ces dunes, ces ergs de sables et ces regs: un paysage incroyable. Nous avons traversé quelques oasis où mon guide m’a présentée à ses amis. Dès que je voyais un palmier, je savais qu’un point d’eau nous attendait!

, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *